Je suis amoureuse de mes cheveux, mon chat, mes seins et le chocolat

Publié le par Miu

Miauw les gens o/

 

"Ô Marie tu tombes bien bas..." dit-il sur un ton de reproche alors que le seul silence me passait par la tête.

 

Mon cher, si tu savais à quel point tu as raison, tu t'en creverais les yeux. Si je ne l'avais choisi, je m'en crèverais les yeux, en tous cas, juste pour ne pas devoir assister à la fin de cette magnifique mise en scène. Drame, tragédie sur des vers lyrique, le pas d'un chat pèse lourd contre le sol fissuré. Il en crève, englouti comme le Commandeur fait disparaître Dom Juan dans des enfers aux flammes doucereuses. La putain devient innocente. Le meurtrier enchante. Le gamin la tourmente. Le coeur s'est fait la malle. Honteuse malice, agonisant déja entre ses mains calleuses.Le rire emplit la salle, glace le sang, fait détourner les yeux d'un spectacle insipide.

 

A plat ventre, au lit, à se demander, à quémander, à enguirlander (?), quand l'acte prend-il fin ?

 

Je me suis levée. Je vois le monde en noir et blanc. Les yeux ouverts, j'ignore les couleurs. L'arc-en-ciel du fond de la rue fait la roue comme un paon en joue. Il a suffit d'un coup de pinceau à l'eau pour que se dilluent les couleurs aquarelles laissant la toile dégoulinante, une averse larmoyante. Brouillon de crayon, les teintes s'enlisent et s'enlaidissent, séchant au vent, pendues à un fil, clapotant sous la brise comme un pavillon hissé. Mais trop vite bais(s)é, la nuit sert de loup et masque la mort à la pointe d'une dague assassine. 

 

Un autre jour pointe son nez, rouge lueur à l'est, applaudissements à la chute sanguignolante.

Publié dans Sweet Diary

Commenter cet article