J'aimerais être une mouette.

Publié le par Miu

Miauw les gens.

 

Je n'ai pas été très inspirée ces derniers temps. Il faisait -10° C au minimum, le foid a du geler mon brillant esprit peut-être (hum...) =O

En bref, je ne suis pas une si piètre étudiante que ce que je le pense et le travail paie de temps à autre même si le salaire est parfois plus bas que celui qu'on espérait. Je n'ai toujours pas d'axolotl, j'étudie la résistance des meubles au poids d'un aquarium. Je dors en moyenne 4h par nuit quand je ne manque pas de mourir étouffée à cause d'une bronchite. J'ai commencé Skyrim et une série qui s'appelle The Big Bang Theory. Je suis une geek, parait que je cache bien mon jeu mais un gamin de 14 ans me repère en trois minutes... =D

Je compte me remettre à la photo et aux Pullip que j'ai honteusement abandonnées depuis des mois. J'envisage même de construire moi-même une maison de poupée, avec des planches et des clous et une scie et un marteau et du skotch et... des points de suture. Je suis soudainement remplie d'imagination <3

 

Mais en fait, je rêvassais dans le bus et je regardais quelques mouettes dérivant sur un bloc de glace sur l'Ourthe pendant que d'autres voletaient sous les flocons. J'ai réalisé à quel point cette image était bizarre. Déja l'idée de mouettes ailleurs qu'en mer c'est étrange mais ca fait des années que j'y suis habituée mais les voir sur ce bout de glace, c'était amusant. Je ne sais pas pourquoi mais je trouve que les pigeons, à coté des mouettes, ils ont vraiment l'air plus cons. Au fond ca reste juste des volatiles nuisibles mais les mouettes ont surtout cette agréable beauté d'un vol majestueux et vif.

 

Il doit être plaisant d'être une mouette. Ca me rappelle Elizabeth d'Autriche qui cachetait ses lettres du sceau d'une mouette et qu'elle aurait aimé être cet oiseau. Au fond, je ne peux que penser comme elle mais dans ma vision de la mouette du 21e siècle. Mais la mouette de Liège est bien loin de celle de la mer, terriblement moins attirantes et légères.

 

Le bruit des vagues contre des rochers tandis qu'au loin vers les bateaux quittant les ports, on distingue encore de points blancs filant à travers le ciel. Jouant à la valse dans le ciel, planant au gré de leur envie, j'aime la liberté de ces oiseaux qui pourraient se perdre dans un océan. Vision bien romantique d'un oiseau qui n'est en réalité juste bon qu'à attaquer des passants pour leur voler à manger et à se battre entre eux pour un vulgaire bout de poisson. Les pigeons des ports... Rappelez-moi de dormir, ca me donnera moins envie de voler.  

Publié dans Sweet Diary

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article